Dehors

Dans cette recherche débutée en septembre 2008, Antoine Laubin et son équipe tentent d’aborder la question de la clochardisation et ce que celle-ci prouve de nos sociétés, avec pour inspiration directe la vie et les écrits de Patrick Declerck, anthropologue, psychanalyste et philosophe né à Bruxelles en 1953.

« Sa thèse en anthropologie », explique Antoine Laubin, « Patrick Declerck l’a faite parmi les clochards parisiens, en immersion. De cette expérience ahurissante, il a publié un livre, Les Naufragés (2001), qui fait référence en la matière. Il a tenu, ensuite, pendant une dizaine d’années, une consultation psychanalytique réservée aux SDF. Il a donné des conférences partout, a vendu beaucoup d’exemplaires de son livre, en espérant que cela fasse un peu changer les choses dans l’aide que l’on apporte à ces populations. Cela n’a pas du tout été le cas. En 2005, il a publié un deuxième livre, Le Sang nouveau est arrivé : un pamphlet d’une violence inouïe dans lequel il gueule contre les pouvoirs publics, les associations, contre tout le monde, sur le scandale de laisser ces gens mourir dans la rue. Et de nouveau, cela n’a absolument rien changé. (…) Pendant plusieurs décennies, son implication, son souci du sujet ont été hors du commun (mille fois plus grands que ceux que les acteurs et moi-même pouvons avoir) mais son impuissance et son désarroi à changer quoi que ce soit à la situation sont vertigineux, nous posent vraiment question… »