Kevin Trappeniers

Durant ses études de bachelier en langues et littératures (néerlandais-anglais) et son Master en Etudes Culturelles à la KULeuven, Kevin Trappeniers a régulièrement touché au théâtre (RITS), ainsi qu’au cinéma (RITS, Sint-Lukas). Et ce, comme acteur et créateur. Insatisfait par le circuit du théâtre amateur universitaire, il réalise avec Jo Decoster (metteur en scène et acteur) Casa Blanca (2007). Présentée en plein air, cette pièce traite des relations humaines en pleine mutation et des médias modernes « trop influant ou manipulateurs ».
Fort de cette expérience, Kevin se frotte ensuite à différentes disciplines et quelques fortes personnalités artistiques. En danse(-théâtre) : un workshop avec Andros Zins-Browne en relation avec son spectacle Second Life (2008), plusieurs workshops chez Wim Vandekeybus / Ultima Vez (2009 & 2010) et une série de courtes performances de danse Who Makes Paintings Anyway ?, en collaboration avec Lies Borgermans, Thomas Vantuycom et Sara Tan (2011). Il participe aussi à une Masterclass Material & Movement – Puppetry & Dance auprès du marionnettiste allemand Frank Soehnle (2011). En matière de performances/installations, il joue dans la série Saturn de Karl Van Welden (United Planets). D’autre part, il explore aussi la relation entre théâtre et cinéma dans le cadre du projet de recherche Cinérama d’Abattoir Fermé (2008), compagnie de théâtre avec laquelle il collabore une seconde fois (2010) sur la sitcom Monster! pour le diffuseur numérique Acht. Il travaillait aussi en freelance pour des projets courts chez fABULEUS.
En parallèle à tout ceci, Kevin développe son propre travail et explore les frontières entre représentations et installations. Dans le domaine des installations, il a réalisé à ce jour trois œuvres. L’installation théâtrale audiovisuelle Schadenfreude (2009) où il revisite la collection du Musée des Beaux-Arts de Gand en présentant des tableaux vivants inspirés des ‘vanités baroques’. En 2009 également, il crée à l’Entrepot de Bruges Sic Tansit Gloria Mundi, dans lequel il sonde la beauté inaccessible de l’homme. En 2010, il poursuit sa recherche dans l’atelier d’art Scheld’apen (Anvers) en prenant comme point de départ le texte Four Quartets de T.S. Eliot. Dans le domaine de la scène théâtrale, Kevin a mis en scène Darkdroom, toujours à l’Entrepot de Bruges (2009). Cette pièce sans texte met en images ce qui défile dans la tête d’un photographe plongé dans le coma.
En 2014, il créera une pièce de danse au Plesni Teater, à Ljubljana (Slovénie) ; un projet soutenu en Belgique par le TAKT Dommelhof à Neerpelt.

PARCOURS À L'L
Depuis septembre 2011, Kevin Trappeniers développe un premier projet de recherche, asymptote. Durant l’année 2013, il a bénéficié de l’intervention en tant que mentor de l’auteure et metteure en scène, Abke Haring.